Mois: mars 2014

Comment une femme devient-elle une déesse ?

Cette question peut se prendre dans les 2 sens. Dans son sens premier d’une part. A partir de l’existence des femmes et de ce qui leur manquait pour qu’elles soient parfaites, on a pu projeter le concept de déesse. Une déesse est une femme sublimée, éternisée, pleine éternellement de toutes ces qualités qui ne peuvent être chez elle que fugaces. Une déesse est l’idée d’une femme dotée de tous ses pouvoirs et fossilisée intellectuellement par ceux qui en conçoivent la représentation. Après avoir assis son pouvoir sur L’Olympe, le règne de Zeus est censé être celui d’une paix éternelle. Les Hommes peuvent alors avoir projeté dans leurs dieux ce que l’esprit pouvait intellectualiser et désirer mais que la vie humaine et mortelle ne permet jamais d’atteindre.

On doit vivre la mort mais on peut concevoir l’inverse absolu. On peut vivre la vieillesse mais on a toujours la possibilité d’imaginer l’opposé.

Pareillement, les dieux sont les représentants de valeurs absolues. Ainsi, au-delà de ses incohérences dues à la transmission orale des mythes, variés selon les régions et les versions, un dieu sera toujours plus logique qu’un mortel dont l’esprit est soumis aux dieux.

En effet, dans l’Antiquité, les actions des Hommes étaient considérées comme conditionnées par les dieux. C’est Athéna qui rend fou Ajax, c’est Arès qui pousse à la fureur guerrière, c’est Héra qui est responsable des comportements des femmes mariées, etc. Si les dieux sont l’inconscient des Hommes, qui peut être l’inconscient des dieux ?

Dans son sens second, la femme peut être qualifiée de déesse, et cette fois, ce sont les caractéristiques de l’être divin qui vont permettre d’établir la comparaison, d’opérer le rapprochement entre l’une et l’autre.

Que faut-il à la femme pour être une déesse ?

La beauté ? La jeunesse ? La minceur ? Un Je-ne-sais-quoi ?

En premier lieu, il faut quelqu’un pour l’évaluer. Il n’est pas de dieu sans Hommes comme il ne fut pas, jadis, d’Hommes sans dieu.

La femme-déesse est donc subjectivement vue comme une déesse : pour elle, pas d’absolu en dehors des yeux de celui qui voit ce qu’elle a de divin. Elle est alors son absolu à lui.

Que faut-il pour que ce soit son absolu ? Platon dirait qu’elle est la moitié qui lui permettrait de former leur totalité, celle grâce à qui il serait enfin complet, son âme soeur. Plus prosaïquement pourtant, elle est l’absolu d’un instant, ce dont il a infiniment besoin à cet instant précis et qu’inconsciemment, en la voyant, il a reconnu. Elle est celle qui fera le destin vers lequel il veut ou doit aller, quelles qu’en soient les conséquences.

Mais pour qu’une femme reste une déesse, il faut qu’elle ne se commette pas dans les affaires de femme ordinaire et qu’elle corresponde absolument à l’idéal qu’elle semble incarner. Pas d’haleine fétide le matin, pas de ces jurons qui virilisent une voix et un être, pas de poil qui dépasse si celui qui la vénère ne l’admet pas dans sa conception du divin féminin.

Pas de colère non plus qui se solderait par de l’impuissance. Si une déesse est en colère, elle se venge. Si elle est impuissante, ce n’est pas une déesse. Mais elle peut conserver un calme olympien et s’en sortir honorablement. Autant dire que c’est dur !

On est d’autant plus une déesse qu’on n’est pas accessible, il n’y a qu’à voir toutes les femmes idéalisées, divinisées dans les oeuvres à l’époque du romantisme ! La déesse est le modèle sublime capté et figé dans une apparition, une photo, une video, le souvenir d’une rencontre, ces instants qui rendent une femme immortelle et parfaite dans la mémoire. Un absolu fossilisé. La déesse, c’est aussi la diva, la grâce féminine dans une voix magnifique qu’on peut aussi se repasser en boucle. La déesse n’existe qu’autant que le travail pour parvenir à sa perfection d’un instant est ignoré.

Alors, la femme ordinaire peut-elle devenir une déesse ? Subjectivement, oui, pour un instant seulement, sauf si elle constitue une exception inoubliable, si, d’une manière ou d’une autre, aucune autre femme, dans l’expérience subjective de celui ou ceux qui l’admirent, ne la dépasse.

Et la vieillesse ? La mortalité ? Tous les autres défauts ?

Oui, ils fragilisent, oui, ils éloignent la femme de la divinité, mais ils ne suffisent pas, comme le montre Marylin Monroe, par exemple. La femme-déesse n’a même pas besoin d’être belle pour être une déesse, elle a juste besoin d’être une exception. La cantatrice peut être grasse et âgée, mais si sur scène elle parvient à être la Traviata, alors elle est une déesse et des pluies de roses et d’admiration s’abattent sur elle.

On est une déesse si on est une rareté, un morceau d’absolu, ce qui est l’essence du divin, mais ça ne se choisit ni ne se contrôle. Sauf dans un seul cas. Une rareté qu’on connaît trop devient une banalité. Pour que l’exception reste divine, il faut qu’elle puisse s’évader. La déesse est celle qui, à un moment ou à un autre, est prête à tout quitter pour se préserver, rejoindre un lieu, un sanctuaire comme Paphos, Chypre ou Cythère, des lieux sacrés intérieurs ou extérieurs, inviolés et purs qui sont son véritable monde.

La déesse n’est pas de ce monde, ce n’est que pour un temps que parfois, elle s’y manifeste. De même, la femme peut acquérir de son essence divine si, après avoir habilement soigné ses apparitions, elle sait disparaître au bon moment…

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités

Eros contre Aphrodite ?

La Grèce ancienne avait déjà son dieu du désir. Dans la Théogonie d’Hésiode, Eros est un dieu primordial dans le sens d’archaïque, un de ceux qui viennent en premier. Après Chaos et à l’opposé de lui, il est un ordonnateur. Le désir régule, met de l’ordre. Il va concerner l’ensemble des êtres, l’ensemble du vivant. Le désir est un principe premier qui permet au vivant de se stabiliser et au monde d’être monde. le principe même de la vie. C’est un dieu fondamental.

Plus tard est venue Aphrodite, déesse de l’Amour et de la Beauté. Comme Eros, elle inspire le désir et pourtant, quel besoin a-t-on eu d’une divinité de plus pour un principe déjà incarné par Eros ? Le fait est qu’Aphrodite n’est pas une déesse primordiale. Elle concerne le monde grec civilisé où règne la religion des Olympiens. Elle est plus récente et inclut cette notion strictement de civilisation : la Beauté.

En effet, la beauté se définit par rapport à une norme qui s’oppose à celle de la laideur. Et pour l’établir, il faut qu’un certain sens du goût se soit développé selon des normes établies au fil de longues générations d’individus vivant en société. Ainsi, il y a des pays où les femmes les plus grosses sont considérées comme les plus belles et où on les fait grossir pour qu’elles prennent de la valeur, et des pays où on les veut minces et où les techniques pour les faire maigrir se multiplient, chacun selon les normes de société qu’il a établies.

Par le biais de la Beauté qu’elle représente, Aphrodite recouvre ainsi l’Amour humain, celui qui a inclus des règles de civilisation comme valant plus que celles qui régissent le vivant. On le voit très clairement dans l’accessoire qui permet à la déesse d’inspirer ce désir, sa ceinture, ou, comme le dit l’Iliade, le ruban doré qu’elle porte sur son sein et qui contient tous les désir possibles, tous les charmes et propos amoureux, en bref, toutes les perspectives d’amour.Comment ne pas voir dans tout cela la présence de la civilisation, de l’humain trop humain et de l’expression de la pensée ?

Le désir ne passe plus par le corps mais par le mental. Dans cette utilisation du ruban ou de la ceinture, on peut déjà noter que c’est un accessoire qui ne peut être inventé que par des hommes dotés d’une culture qui a le pouvoir d’inspirer l’amour. C’est un objet culturel, un accessoire de mode, en somme, qui contient la trame de tous les désirs. Les désirs eux-mêmes sont inscrits, définis par la ceinture ou le ruban. Or, la sexualité humaine répond aussi à des codes de société : ce qu’elle admet, ce qu’elle refuse, ce qui est tabou, ce qui est transgression, ce qu’elle valorise, etc. Tout cela est contenu dans une ceinture ou un ruban sans qu’on nous en explique le contenu. Nul n’est besoin, d’ailleurs, ceux qui écoutent l’Iliade à l’époque où elle était encore chantée, savent très bien ce que le désir recouvre.

Aujourd’hui que les codes ont changé, nous pouvons mettre dans cette ceinture ou ce ruban tout ce que nous-mêmes savons et acceptons du désir humain mais ce sera certainement différent de ce qui était admis il y a plus de deux millénaires. Enfin, dernier point, le ruban est près de son sein. Le sein n’est pas forcément ce qu’on croit qu’il désigne. De fait, on en parle aussi pour l’homme car le sein désigne d’une manière plus générale, l’endroit de la poitrine. La poitrine est ce qui renferme le coeur, le coeur était, pour les Grecs anciens, le siège des émotions :  » Calme-toi mon coeur ! », demande Ulysse en proie à des émotions trop fortes. Aimer, désirer, passent donc désormais par la tête et le coeur.

Plus tard dans la culture grecque – bien que les variantes du mythe permettent encore d’autres possibilités -, et plus encore dans la civilisation romaine, Eros devient le fils d’Aphrodite. De ses flèches qu’il décoche, il fait s’éprendre soudain quelqu’un de quelqu’un d’autre, à la demande de sa mère qui a toujours une bonne raison. Pourquoi ?

Peut-être pour mettre plus d’ordre et de raison qu’il n’y en avait dans les mythes grecs. En effet, pour punir Aphrodite, Zeus la fit s’éprendre d’un mortel. Cela ne peut donc être son privilège. Et la ceinture ? Elle la prête à Héra qui la lui demande lors de la guerre de Troie, mais à part elle, qui se permettra de la lui demander pour l’utiliser à son avantage ? De ce fait, Aphrodite en reste seule l’utilisatrice, et dans ce cas qui peut charmer quelqu’un en dehors d’elle ? Le mystère de l’Amour continue ainsi de rester entier, les explications restant contradictoires si ce n’est incohérentes.

Avec Eros-Cupidon qui lance ses flèches, on a une métaphore acceptable de la façon dont le fait de tomber amoureux nous atteint soudainement, avec violence et de façon assez durable, comme si on avait été touché par une pointe empoisonnée. Aphrodite qui décide de qui sera touché exprime le fait qu’il y a forcément une raison à cet état mais qu’elle n’est pas accessible, que c’est une force supérieure, un dieu qui en décide. C’est l’allégorie qui illustre la maxime :  » Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. ». La raison inconnue est celle décidée par la déesse.

Dans une société aussi policée et urbaine que l’athénienne et plus tard la civilisation romaine, le sauvage et primordial Eros ne peut plus être. Il devient un petit archer au service d’un chef tout-puissant dont on ne remet pas en question les ordres, un petit archer qui n’est plus l’ordonnateur du chaos mais le petit fauteur de trouble dans une société très organisée.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Maquillage et symbolisme

Avant d’être l’affaire des femmes, le maquillage est d’abord une spécificité d’êtres vivants en société, au milieu de groupes dont il a fallu se démarquer. Q’il soit corporel ou non, l’ornement tente de signaler extérieurement une exception intérieure, celle d’une richesse personnelle le plus souvent. Lorsqu’on est plus riche ou plus noble, quand quelque chose distingue un être des autres, on a le choix entre le montrer et le cacher.

D’une manière générale, le maquillage a pu revêtir un sens symbolique : peintures de guerre pour signaler son intention et effrayer son ennemi, ornements à l’occasion d’une fête rejouant un épisode mythologique. Il a pu aussi revêtir un sens pratique : le rouge à lèvres des prostituées annonçant leur spécialité, le khôl des égyptiens qui éloignait les maladies et les en protégeait.

Le maquillage est purement un produit de civilisation, et l’accueil qu’on lui fait est uniquement relatif à l’image qu’on s’en fait. Ainsi, comment le rouge à lèvres a-t-il pu passer d’un marqueur et accessoire de prostitution au symbole de la femme fatale de la plus haute sophistication ?

Le maquillage est logiquement porteur du paradoxe dont le féminin est porteur : à critiquer sur la femme ordinaire s’il est autre chose que discret, voire invisible, obligatoire sur l’icône, l’actrice, la femme d’exception considérées comme malade ou en crise si le fard est absent de leur visage ou insuffisamment criard.

De fait, à l’heure où les marques se multiplient pour attirer les clientes selon leurs valeurs ( maquillage bio, de prestigieuses marques de Haute Couture dont le seul nom suffit à faire rêver, de maquilleurs professionnels, etc.), le fait est que si les couleurs, les modèles proposés par des pros du cosmétique lui-même et conseils des maquilleurs se multiplient dans les pages de magazines, ces audaces ne se retrouvent pas sur les visages ordinaires. Ainsi, maintes femmes peuvent s’acheter ces objets du désir pour ne porter sur les paupières que du beige, du taupe et un gloss rose parce que « c’est discret ». On porte son maquillage tel qu’on se voit ou plutôt tel qu’on veut qu’on nous voie, tout en se rêvant peut-être Elisabeth Taylor dans Cléopâtre…

Pour autant, au-delà de ces conditionnements de société qui marchandent les rêves et les désirs des femmes qui se briseront à la réalité de leur vie quotidienne, on peut dégager quelques grands axes symboliques et sacrés dans l’utilisation que les femmes ont fait du fard, spécialement chez celles qui s’estiment le droit de porter leur féminité de cette manière-là et de la crier haut et fort.

Le maquillage correcteur

Il concerne spécialement le teint. Fonds de teint, poudres, blush, anti-cernes gomment les imperfections. L’imperfection est en effet ce qui nous rapproche de la nature, de ce qui nous a fait sous des lois qui paraissent strictes mais qui sont, du point de vue de la civilisation, anarchiques : des yeux jamais vraiment symétriques, une bouche trop fine, trop ceci, trop cela. Les corrections  nous rapprochent d’un idéal, d’un canon de société et donc d’une divinité.

Anti-cernes et blush gomment nos signes de fatigue et cette décoloration qui peut être interprétée comme maladive. Etre pleine de vie, en pleine santé, voilà ce qui est érotique ! Le désir est l’élan vital, l’élan vital concerne exclusivement le vivant.

Le maquillage correcteur joue l’équilibre serré entre Eros, l’aspect vivant et sauvage du désir, et Aphrodite, son aspect formel, normé, policé.

Le maquillage des yeux

Là aussi, il peut être correcteur. Il agrandit de petits yeux, par exemple, ou équilibre une paupière tombante. Il peut aussi s’accorder avec le vêtement ou la couleur des yeux, des cheveux, du teint pour faire une harmonie, et dans cas cas-là, les couleurs peuvent varier mais elles n’ont pas de signification. Reste le symbole fort, universel et plusieurs fois millénaire des yeux cerclés de khôl comme à l’époque égyptienne, associé à des reines de pouvoir qui font du noir autour des yeux le symbole de la femme puissante, avisée et sexuellement triomphante. En choisissant ce maquillage, la femme choisit de mettre en avant son mystère, sa force et son intelligence en intensifiant le regard, siège de la perception, de la compréhension mais aussi miroir de l’âme dans toutes les émotions qu’il révèle.

Le maquillage de la bouche

On peut retrouver cette action correctrice de tous les types de maquillage à quoi peuvent s’ajouter des effets de matière qui vont capter la lumière et donc créer des volumes ou donner une impression d’humidité et de brillance, notamment avec les divers brillants à lèvres, colorés ou non. C’est un maquillage aux effets plus sensuels. Se maquiller la bouche est d’ailleurs, d’un point de vue symbolique, mettre l’accent sur sa sensualité. Outre son origine sulfureuse liée à la prostitution, on peut remarquer que le maquillage des lèvres correspondrait à peindre en rouge pour qu’on la voie, une porte d’entrée du corps qui renvoie symboliquement aux autres lèvres, la porte du bas. Le maquillage des lèvres en rouge profond met ainsi en valeur non seulement la sensualité de la femme qui le porte, mais aussi sa force de vie, sa fécondité et surtout, la force d’en porter tout le sens sur le visage et de l’assumer pleinement.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Le voile ou la Beauté dévoilée

Le voile fait polémique par tout ce qu’on y met d’idéologie politique. Il est vrai que dans la société où on l’emploie, le voile est considéré comme un rempart contre l’impudeur et le désir des hommes, et il est vrai aussi que c’est un accessoire typique des pays qui accordent beaucoup de droits à l’homme et fort peu à la femme. Des pays ou des sociétés où on demande à la femme de se cacher et non à l’homme de se maîtriser.

Mais au-delà de ces constats, on pourrait faire quelques remarques concernant ce voile, au-delà de ce qu’il semble justement voiler, qui souvent n’est que chimère.

Et d’abord, les sociétés qui demandent à la femme de se voiler ont-ils une vue courte et sexiste ? Oui et non. Oui, les cheveux et la peau de la femme troublent l’homme, mais plus il en voit moins c’est le cas. Autrement dit, on pourrait très bien se retrouver avec un système qui déplace le désir. Le voile, même si on ne voit que lui, peut très bien suffire à affoler juste par le fait de savoir qu’il cache quelque chose de prohibé. Tiré par les cheveux le raisonnement ? Pourtant, le fantasme est ainsi fait.

Et ce fameux voile, alors ? S’il peut abuser un homme, il n’abusera pas une femme. Ainsi, comment ne pas remarquer que chez certaines, le voile a une certaine tendance à les embellir, du fait même de la régularité de l’étoffe qui a le pouvoir de masquer l’imperfection de cheveux mal plantés, d’épis, de bosses disgracieuses, d’un cheveux gras ou crépu, bref tout ce qu’une femme peut ne pas aimer et trouver avantageux de cacher ? Car les chevelures féminines ne sont toutes sublimes que dans les fantasmes masculins.

Par ailleurs, et c’est plus visible chez les femmes juives dont le cou et la nuque ne sont pas couverts, comment ne pas remarquer dans le peu de cheveux qui s’échappent de leur coiffure, qu’à l’heure où les cheveux blancs commencent à envahir la chevelure, le voile devient un atout et une alternative à la coloration pas toujours heureuse qui contraint à un entretien permanent ? Sur un visage peu ridé, les cheveux blancs révèlent un âge, le même visage aux cheveux voilés ne révèle qu’une femme sans âge certain.

Chez la femme musulmane, en revanche, pas un cheveu ne dépasse. Mais en compensation, le voile fait l’objet d’une véritable mise en beauté : ornements, accessoires tels que broches, bandeaux, strass, plis particuliers et subtils viennent révéler ou inventer la beauté cachée en-dessous, au point que dans quelques pays musulmans, c’est la spécialité de certains salons de coiffure.

Enfin, comment ne pas parler de la femme indienne dont le voile de pudeur, point final de sa tenue qu’il rehausse et tout en étant multi-usages au quotidien, est né d’un savoir-faire plusieurs fois millénaire ? Ces écharpes, larges, colorées, magnifiques et légères, faites d’étoffes délicates, font de la femme une oeuvre d’art vivante là où il n’y a sûrement qu’une femme ordinaire.

En définitive, il n’y a guère que les femmes belles comme des déesses que le voile contraint et aliène. Les autres peuvent toujours se sentir belles, car pourquoi les cache-t-on sinon pour leur beauté si dangereuse pour leur vertu ? Passé un certain âge, ne serait-ce pas bon pour le moral ?

A sa guise et au-delà de qu’on a voulu faire de lui, le voile cache des beautés pour mieux en révéler d’autres…

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Née des eaux

Aphrodite est dite « née des eaux », plus précisément de l’écume de la mer. C’est Chronos, qui jeta les testicules de son père Ouranos, pour libérer Gaïa de ses accouplements incessants. De ses testicules tombées dans l’océan et de l’écume naquit Aphrodite, déesse de l’Amour et de la Beauté.

Outre l’absence de parents directs, on peut également noter cette qualité d’être née des eaux.

Il y a beaucoup de choses à dire sur le fait de naître des eaux. L’une d’entre elles est que le corps humain est constitué en majeure partie d’eau, comme chez la plupart des êtres vivants, et l’homme lui-même passe les 9 premiers mois de sa vie dans l’eau. D’une manière générale, on pourrait dire aussi qu’il n’y a pas de vie sans eau et que les astrophysiciens, pour commencer à étudier une planète pouvant potentiellement accueillir la vie, s’interrogent d’abord sur la présence d’eau.

Dans l’histoire de la Terre elle-même, l’océan est le lieu où est apparue la vie. Est-ce une intuition que les anciens Grecs auraient eue ? Chaque mythologie a restitué en symboles, mythes et histoires, des intuitions, des compréhensions fines sur le monde avec des moyens limités. D’après Freud, ils sont allés jusqu’à la compréhension intuitive de l’inconscient, les dieux étant, pour lui, la projection extérieure de phénomènes intérieurs.

L’Amour, la Beauté, sont des émotions intérieures qui, si elles ne sont pas universelles dans les critères qui les définissent, le sont du point de vue de l’émotion elle-même, comme est universel notre sentiment du sacré, du beau, de l’Amour, en contemplant l’Océan. Qui d’autre alors qu’Aphrodite, aurait pu naître des eaux ?

Du point de vue des Grecs anciens, la mer est une étrangère fascinante et dangereuse, la frontière qu’il faut dépasser pour s’agrandir, s’enrichir, s’épanouir. C’est le domaine de Poséidon – un des trois Chronides qui se sont partagés la Terre – à qui elle échoit. Lui, c’est le versant terrible et dangereux de l’Océan, dont le caractère irascible a été décrit dans l’Odyssée. L’autre versant, prospère, fécond, attirant, échoit à la belle Aphrodite qui est née des eaux, de l’écume de la mer, non loin des côtes de Cythère, et qui chaque année se baigne dans les eaux de Paphos, son site consacré, pour retrouver la virginité que sa nature divine ne lui permet pas de garder.

Eau et amour sont essentiels à la vie, eau et amour sont essentiels à la beauté qui se fanerait sans l’un ou l’autre. Mais où étancher une soif d’amour ?

Abandonne-toi à Aphrodite, et quand tu perds le lien avec ta partie divine, rejoins la mer, ta mère archaïque, et laisse-la te révéler à toi-même ta virginité d’âme et de coeur…

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.