Née des eaux

Aphrodite est dite « née des eaux », plus précisément de l’écume de la mer. C’est Chronos, qui jeta les testicules de son père Ouranos, pour libérer Gaïa de ses accouplements incessants. De ses testicules tombées dans l’océan et de l’écume naquit Aphrodite, déesse de l’Amour et de la Beauté.

Outre l’absence de parents directs, on peut également noter cette qualité d’être née des eaux.

Il y a beaucoup de choses à dire sur le fait de naître des eaux. L’une d’entre elles est que le corps humain est constitué en majeure partie d’eau, comme chez la plupart des êtres vivants, et l’homme lui-même passe les 9 premiers mois de sa vie dans l’eau. D’une manière générale, on pourrait dire aussi qu’il n’y a pas de vie sans eau et que les astrophysiciens, pour commencer à étudier une planète pouvant potentiellement accueillir la vie, s’interrogent d’abord sur la présence d’eau.

Dans l’histoire de la Terre elle-même, l’océan est le lieu où est apparue la vie. Est-ce une intuition que les anciens Grecs auraient eue ? Chaque mythologie a restitué en symboles, mythes et histoires, des intuitions, des compréhensions fines sur le monde avec des moyens limités. D’après Freud, ils sont allés jusqu’à la compréhension intuitive de l’inconscient, les dieux étant, pour lui, la projection extérieure de phénomènes intérieurs.

L’Amour, la Beauté, sont des émotions intérieures qui, si elles ne sont pas universelles dans les critères qui les définissent, le sont du point de vue de l’émotion elle-même, comme est universel notre sentiment du sacré, du beau, de l’Amour, en contemplant l’Océan. Qui d’autre alors qu’Aphrodite, aurait pu naître des eaux ?

Du point de vue des Grecs anciens, la mer est une étrangère fascinante et dangereuse, la frontière qu’il faut dépasser pour s’agrandir, s’enrichir, s’épanouir. C’est le domaine de Poséidon – un des trois Chronides qui se sont partagés la Terre – à qui elle échoit. Lui, c’est le versant terrible et dangereux de l’Océan, dont le caractère irascible a été décrit dans l’Odyssée. L’autre versant, prospère, fécond, attirant, échoit à la belle Aphrodite qui est née des eaux, de l’écume de la mer, non loin des côtes de Cythère, et qui chaque année se baigne dans les eaux de Paphos, son site consacré, pour retrouver la virginité que sa nature divine ne lui permet pas de garder.

Eau et amour sont essentiels à la vie, eau et amour sont essentiels à la beauté qui se fanerait sans l’un ou l’autre. Mais où étancher une soif d’amour ?

Abandonne-toi à Aphrodite, et quand tu perds le lien avec ta partie divine, rejoins la mer, ta mère archaïque, et laisse-la te révéler à toi-même ta virginité d’âme et de coeur…

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités