virilité

La réputation sexuelle de Cléopâtre

Cléopâtre a un statut très particulier dans l’histoire, et l’histoire des femmes en particulier. De son vivant déjà, son caractère exceptionnel associé à son destin unique en faisaient une célébrité de son époque, tout comme le caractère et le destin de la princesse Diana l’ont rendue célèbre. Et comme pour Diana ou n’importe quelle autre femme connue, sa réputation est ternie par des rumeurs et scandales liés à sa sexualité.

De ce point de vue, les auteurs antiques se sont lâchés :

« Cléopâtre était si passionnée, que souvent elle se prostitua; si belle que bien des hommes achetèrent de leur existence l’une de ses nuits« , prétend le Pseudo-Sextus Aurélius Victor dans Des hommes illustres de Rome. Dans son ode 37, Horace, lui, la qualifie de « reine non maîtresse de ses désirs« , Flavius Josephe, dans le livre XV des Antiquités Juives, affirme que Cléopâtre « était portée par son tempérament à rechercher sans retenue les plaisirs des sens  » et prétend que « rien ne pouvait satisfaire cette femme, prodigue et esclave de ses désirs, et qui souffrait comme d’une privation si le moindre de ses souhaits ne se réalisait pas« . Pline l’Ancien, quant à lui, la qualifie de « courtisane couronnée« .

Une légende prétend même qu’elle aurait inventé le premier vibromasseur en demandant à ses esclaves d’enfermer des abeilles dans une gourde ! Le vibromasseur n’ayant été inventé qu’au XIXème siècle et Cléopâtre ayant vécu au I er avant J-C, on peut juger combien de temps elle a pu, au minimum, garder sa réputation sulfureuse !

Certaines choses expliquent ce déchaînement : le statut des femmes chez les Romains, d’abord, qui n’a, par la suite, pas beaucoup évolué et qui ne leur donnait droit ni au pouvoir politique ni au pouvoir religieux, encore moins à la liberté sexuelle. Leur éducation sommaire n’était destinée qu’à en faire des épouses modèles. Qu’on se figure donc la réaction des Romains face à une femme qui a le pouvoir politique, qu’on a volontiers assimilée à une divinité, une savante qui parlait plusieurs langues et qui, surtout, avait mené sa politique grâce à son charme et sa sexualité ! Par ailleurs, elle n’avait pas réussi à séduire n’importe qui puisqu’il s’agissait du premier empereur romain et son fidèle allié dont le prestige en tant que général et homme politique était considérable.

Pour un Romain, une femme qui a des moeurs sexuelles libres, qui fait l’amour avec des amants qu’elle a choisis et qui l’entretiennent sans qu’elle soit mariée, c’est une courtisane ! De là à dire qu’elle se prostituait…Ici, c’est plutôt la peur et le dénigrement qui s’expriment. Cléopâtre est puissante, et en usant de son charme en politique, elle brouille les cartes et rend inégal le jeu du pouvoir. A Rome, les femmes sont muselées. La reine d’Egypte, elle, utilise tous les atouts dont elle dispose : l’intelligence politique, la science, la culture, le charme, la sexualité. Cléopâtre cumule les forces : elle donne son premier héritier à César, se crée des alliances solides avec Rome, maîtresse du plus grand empire du monde, agrandit son territoire et rêve même un moment d’assurer à ses héritiers un trône renforcé par leur accès possible à la citoyenneté romaine grâce à leurs pères.

Une telle femme n’a pas manqué de faire peur aux Romains également parce qu’à leurs yeux, elle mettait en péril la fameuse virilité, par sa beauté ou son charme d’abord, considérés dangereux car de nature à aliéner et affaiblir un homme en le rendant amoureux. Maintes fois, chez les auteurs latins, la passion amoureuse de Marc-Antoine est qualifiée de folie, une folie qui passe par la libido et qui surtout le rend mou, faible, inapte à agir, lui, le grand général romain ! Cléopâtre met aussi en péril la virilité par son pouvoir politique et son courage personnel qui la rendent égale aux hommes. Horace, Tertulien et Properce dans une moindre mesure ne peuvent s’empêcher d’admirer la puissance de cette femme aux qualités normalement qualifiées de viriles.  Si la femme est habituellement considérée comme une éternelle mineure, combien une femme politique, stratège au point d’avoir presque réussi dans ses ambitions a pu les effrayer ! Il fallait donc à tout prix ternir son image; et quoi de mieux que la sexualité pour ternir l’image d’une femme ?

Mais finalement, pourquoi la sexualité de Cléopâtre nous importe-t-elle tant, sachant que nous n’aurons jamais vraiment de réponses fiables à cette question et que tous ceux qui prétendront en avoir mentiront ?

La réponse est simple, en réalité. La femme n’a de droits que depuis peu de temps, droit de disposer d’elle-même, de son corps, de son argent, de travailler, d’avoir un pouvoir politique, un statut, une dignité individuelle et une sexualité libre et pour elle-même. Une femme comme ça, dans l’Antiquité, c’était une courtisane : une femme ayant plus de droits qu’une prostituée puisqu’elle avait la possibilité de disposer de son argent, de devenir riche, de choisir ses amants, mener une vie indépendante. Dans la société moderne, c’est légalement désormais le droit de toute femme, mais combien de temps a-t-il fallu attendre ? Et combien certaines attendent encore ?

Alors, comme tous ceux qui se sentent le besoin d’une figure mythique, d’un Spartacus pour les esclaves en révolte, un Gandhi pour ceux qui sont opprimés sans avoir de moyens d’y faire grand-chose hormis ce qui est gratuit et propre à l’Homme, l’intelligence et la sagesse, toutes les femmes qui se veulent ou se sentent fortes, intelligentes et libres de leur sexualité, et à qui l’histoire et la culture n’ont pas vraiment donné de modèles, se sont choisi sans le savoir le meilleur de tous depuis l’Antiquité : Cléopâtre !

Pour en savoir plus sur Cléopâtre, mon second blog, consacré à ses cosmétiques : Le labo de Cléopâtre. Pour acheter la version d’un de ses cosmétiques, je vous le propose sur ma boutique Etsy consacrée aux senteurs de l’Antiquité.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités

Voie secrète et paradoxale du plaisir féminin

Dans un article de société du numéro de juin 2015,  » Sexe : sommes-nous plus libérées ? », le magazine Marie-Claire met en évidence le paradoxe qui existe entre des pratiques sexuelles de plus en plus décomplexées et une absence très marquée d’épanouissement personnel au sein de cette sexualité pour la plupart des femmes. D’après l’enquête, menée par des sociologues et autres spécialistes, la diffusion de plus en plus accessible du porno grâce à internet tient lieu d’éducation sexuelle à la place d’une information constructive et réaliste. Or, révèle l’article, le porno diffuse essentiellement des images de fantasmes masculins auxquels on sacrifie la femme, dont le plaisir, dans ces films, consiste à satisfaire l’homme.

C’est une vieille histoire, un vieux mythe inventé par les Grecs et les Romains et qui se diffuse toujours : le mythe de la virilité. Ce mythe est très simple. Et dans les relations sexuelles, il permet depuis l’Antiquité de dominer hommes et femmes, et a même le pouvoir de changer l’homosexualité en hétérosexualité grâce à cette formule magique : l’homme viril, c’est celui qui prend, pas celui qui est pris. Celui qui est pris, homme ou femme, est une femme ! Dans cette configuration, il n’y a de plaisir que pour une seule personne, celui qui prend plutôt que celui qui donne, celui qui, en dominateur, tyran et conquérant, le vole à l’autre.

A l’ère des discours sur l’égalité et la parité – qui ne sont bien souvent que des discours comme le traitement des femmes en politique le montre bien – comment ne pas être surpris par le maintien de ces comportements ? Mais surtout, comment s’étonner que les femmes prennent peu de plaisir dans leur sexualité à deux si ce qui paraît le représenter le supprime, le dégrade et le falsifie ?

En même temps que le Héros viril subtilise son propre plaisir qu’il vient voler sur le corps de l’autre, il dérobe également celui de l’autre, qu’il verrouille et détruit…Et effectivement, quelle femme n’a vécu ça au moins une fois ?

Pourtant, la lointaine littérature elle-même reconnaît le haut pouvoir orgasmique féminin. Dans la mythologie, le personnage de Tirésias, le devin, est devenu femme pendant plusieurs années pour avoir frappé deux serpents accouplés. Retrouvant les mêmes serpents, il les frappa de nouveau et redevint homme, ce qui faisait de lui le seul être à avoir vécu simultanément dans le corps d’un homme et d’une femme. Zeus et Héra se disputant pour savoir lequel de l’homme ou de la femme avait le plus de plaisir, ils décidèrent logiquement de consulter Tirésias :  » Tirésias répondit que de dix-neuf parties qui composaient le plaisir amoureux, la femme en éprouvait dix, et l’homme seulement neuf. » Appolodore, Bibliothèque. Livre III. Chez d’autres auteurs de cette époque, on lit la même histoire, les parties pouvant même aller de dix pour la femme à un pour l’homme.

Des fables, tout ça ! Bien sûr, mais seule la femme, effectivement, connaît de multiples orgasmes. De multiples orgasmes pour un être qui, semble-t-il, et peut-être culturellement autant que physiologiquement, le connaît en réalité si rarement…Etrange, non ? Ce pouvoir féminin, mis en scène au Moyen-Age, notamment dans la Farce du Cuvier, où une femme exige de son mari un minimum de 6 relations sexuelles par jour, est un tabou, une frayeur qu’on exhibe pour mieux le brider en en soulignant le caractère monstrueux, animal, diabolique même.

Car un être qui peut autant connaître le plaisir ne va-t-il pas tout faire pour l’éprouver, au risque de commettre l’adultère, déposséder les véritables héritiers de leurs droits en mettant à leur place des bâtards nés de son pêché, menaçant l’Eglise et la société tout entière ? Cette crainte prend corps dans la figure légendaire, paradoxale et jadis effrayante de la Papesse Jeanne qui aurait caché son sexe féminin pour accéder à la papauté et qui révéla son imposture en accouchant en public lors d’une messe à laquelle elle présidait. C’est ce personnage légendaire qu’on retrouve dans le jeu de tarot. Elle représente le désir de connaissance mais aussi le savoir caché, la puissance féminine secrète, cette puissance à laquelle a peut-être eu accès Tirésias.

Et pour trouver la voie de ce plaisir, comment faire ?

Comme Michelet disait qu’il avait les deux sexes de l’esprit, le plaisir, passant aussi beaucoup par l’esprit qui lui, n’a de sexe que si on y croit, est une sensation individuelle qui s’éprouve individuellement en le recherchant activement le plus souvent, qu’on soit homme ou femme. Et si plus de femmes parviennent à le trouver seule qu’elles ne l’ont trouvé à deux, il n’y a pas de mystère, c’est que rien ne les inhibait pour aller le chercher ! Quand l’homme trouve son plaisir dans le corps de l’autre, c’est qu’il va activement le trouver, il n’attend pas qu’on le lui donne ou le lui révèle. Mais évidemment, culturellement, il y a droit depuis longtemps ! Et bien, on ne vous l’a peut-être pas dit, et surtout, vous ne l’avez pas vu dans les films, mais pour la femme, c’est pareil ! Et s’il y a bien une égalité entre hommes et femmes, c’est bien sur ce point-là. Et ça n’a rien d’égoïste. L’homme sait s’occuper de son propre plaisir, il est temps que la femme s’autorise la même chose.

Le plaisir à deux consiste donc, et c’est peut-être cela qui est paradoxal, à être à la fois le voleur et le volé, l’homme viril qui prend son plaisir, selon le mythe de la virilité qui gouverne encore nos moeurs, et la femme passive qui permet à l’autre de prendre son plaisir, et ce quel que soit notre sexe, à l’image de ces mystérieuses divinités mi-homme mi-femme.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Pourquoi notre sexualité est-elle compliquée ?

Depuis que les hormones se sont manifestées et peut-être même avant, nous percevons que la sexualité est l’une des plus grandes aventures humaines qu’il y ait à expérimenter dès lors que la vie nous a été donnée.

Et pourtant, en la vivant, nous sommes loin d’être tous et tout le temps au Paradis. Pourquoi ?

Tour d’horizon de ce qui constitue le domaine de la belle Aphrodite et ses complexités…

– La sexualité est inscrite au coeur de l’espèce. Se reproduire est vital pour la survie de l’espèce et donc impérieux. Le désir d’avoir des enfants nous traverse tous un jour même si ça ne doit ni rester ni se concrétiser. Le premier problème qui se pose par rapport à cette nécessité, c’est que contrairement à ce qu’on voit dans les documentaires animaliers, nulle saison des amours ne vient déterminer et simplifier la sexualité, le deuxième, c’est que nous avons beau appartenir à une espèce, ce ne sont plus ses lois qui nous gouvernent majoritairement mais celles de la société. Et si par exemple, faire un enfant se conçoit selon les lois de l’espèce, accueillir un enfant se fait selon les lois sociales. Trouver l’équilibre entre ces 2 mondes et réalités peut déjà s’avérer délicat.

– La sexualité peut être le point culminant d’un désir amoureux mais aussi du désir de détruire. Cet étrange paradoxe est au coeur de toutes les questions les plus importantes, souvent secrètes et taboues, liées à la sexualité. Comment peut-elle offrir à la fois le meilleur, le plaisir et la vie, et le pire, l’humiliation et la destruction qui conduisent à la mort psychologique voire physique ? Le viol, véritable arme de guerre en temps de conflit, est aussi le spectre menaçant qui hante toutes les femmes qui en comprennent le risque dès leur enfance, et qui le vivent réellement, parfois dès leur enfance, loin de tout conflit. Dans ces moments-là, le sexe devient réellement ce à quoi il ressemble : une arme plantée dans le corps de la victime. Cette dimension de la sexualité fait également peser sur l’homme une pression : celle de devoir prouver qu’il n’est pas le monstre que la femme craint, ce qui génère aussi de la souffrance.

– La sexualité a une histoire qui pèse sur nous tous, hommes et femmes, et nous pousse inconsciemment à jouer des rôles et prendre position. Le plaisir féminin a pu y être brimé, bridé, générant des craintes et des préjugés incitant à vouloir le limiter par peur de son déchaînement et de la bâtardise. Le plaisir masculin, lui, est l’héritier des préjugés romains sur la virilité qui font également peser sur les hommes l’obligation contraignante de la performance. Mais si toutes ces notions tendent à se relativiser avec des réflexions sociologiques et psychologiques de meilleure qualité, elles sont passées dans la culture et l’éducation, et si elles ne sont pas réinterrogées, elles demeurent un socle malheureusement encore trop stable pour ne pas entraver l’épanouissement à deux.

– Notre sexualité a son histoire, celle de notre construction personnelle et psychologique relativement à elle : ce à quoi nous avons été confrontés, ce que nous avons vécu, compris, ce qui nous a traumatisés, parfois, l’image que nous nous en sommes fait. Une expérience que nous avons eue peut hanter toutes nos autres relations, ou bien encore le comportement de notre père à qui nous voulons ressembler ou non, si on est un homme, les souffrances de notre mère ou au contraire sa tendance envahissante au bonheur et au plaisir qui peut nous entraver si nous sommes une femme, etc., tout peut faire obstacle, momentanément ou non. Ou à l’inverse, nous construire.

– La sexualité est aussi conditionnée par la société dans laquelle on s’inscrit. Or, notre société est une société de consommation qui a eu la bonne idée de s’appuyer directement ou indirectement sur le sexe pour prospérer car elle sait que plus elle en parle et plus on écoute. Mais justement, là est le problème. Entre les études scientifiques qui nous expliquent combien de fois il faut le faire pour créer des anticorps, brûler des calories, avoir une espérance de vie plus longue, être une meilleure mère, un père plus zen quand la vraie motivation de ceux qui véhiculent ces informations est de booster leurs ventes, notre sexualité peut avoir tendance à virer à l’expérience médicale. D’un autre côté, les informations concernant le nombre de fois où on le fait, comment on le fait, où on le fait instituent implicitement des normes qui génèrent des angoisses inutiles et douloureuses chez ceux qui ne s’y reconnaissent pas à 100 %. Parallèlement, les films porno génèrent des complexes de taille et de performances chez les hommes, et font prendre des comportements avilissants pour des normalités à ceux et celles pour qui cela tient lieu d’éducation sexuelle.

– Enfin, et le plus important, la sexualité a une actualité dans la relation qu’entretient le couple qui la partage mais dans laquelle chacun la vit malgré tout à sa manière. Et cette actualité évolue à chaque nouvelle relation sexuelle, qu’elle se vive dans l’extase ou dans les difficultés, entraînée par la qualité du lien existant entre les deux membres du couple…ou bien l’entraînant. Car parfois, sans qu’on le sache consciemment, quelque chose vient perturber l’équilibre d’un plaisir qui se construit comme une cathédrale, certes avec le concours des autres, mais vers une unité qui a emprunté tant de chemins pour se réaliser. C’est pourquoi, comme les architectes qui les construisaient, il faut veiller à faire les réajustements nécessaires à son équilibre, à chaque fissure menaçant ce plus grand et complexe édifice de l’aventure humaine.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.