Le poil aux jambes de la reine de Saba

Non, ce n’est pas un titre volontairement provocateur mais une authentique information donnée par les traditions juive et musulmane à propos de la reine de Saba, bien que la tradition musulmane ait plus évoqué ce fait que la tradition juive. Cela commence par le Livre des Rois qui n’évoque pas encore la célèbre reine dans ces termes-là. Dans la Torah, en effet, elle est une reine qui a entendu dire du bien de Salomon et qui vient l’éprouver avec des énigmes qu’il résoudra facilement. Eblouie par son savoir et convaincue de sa sagesse, elle le comblera de présents et rentrera chez elle, comblée de présents à son tour.

Au fil des récits, repris tour à tour par les diverses traditions, la reine de Saba, prenant un dallage de cristal pour un plan d’eau la séparant de Salomon qu’elle doit rejoindre, elle soulève sa jupe et révèle alors des jambes très poilues. Dans la tradition judaïque du Targûm Shenî – recueil d’homélies sur le Livre d’Esther – Salomon lui fait alors remarquer que si sa beauté est celle d’une femme, sa pilosité est celle d’un homme et que c’est odieux. Blessée dans son orgueil, elle lui pose ses énigmes avant de reconnaître la supériorité du roi et repart chez elle comblée de présents.

Dans la tradition islamique, en revanche, le récit gagne de l’ampleur, et selon les versions, la question du poil aux jambes de cette grande reine des temps bibliques devient moins une anecdote qu’un enjeu d’importance. Dans une des versions, en effet, pour dégoûter Salomon de la reine par peur de leur union, les démons qui ont participé à la construction du temple prétendent que Balqîs, la reine de Saba, dissimule des pattes d’âne sous sa jupe. Le roi veut alors vérifier l’information, car les pattes d’âne l’identifieraient avec un démon – les démons étant connus pour leur pilosité excessive. La reine se révèle finalement être une femme authentique, poils de jambes en plus, ce qui, on ne va pas se mentir, fait d’elle une femme des plus ordinaires.

Voici ce que raconte à ce propos Tabari, historien persan du X ème siècle, dans son premier tome des Chroniques :

« Les Dîvs étaient jaloux de Balqîs et voulurent détourner d’elle le coeur de Salomon. Or, Balqîs était très belle et sans défaut, excepté qu’elle avait quelques poils de chèvre sur les jambes. Les Dîvs dirent à Salomon : Balqîs a beaucoup de poils sur les jambes. Salomon voulut voir les jambes pour s’en assurer lui-même. Il ordonna donc aux Dîvs de construire un château, et, devant ce château, un pavé de cristal long de cent coudées, et de verser sous le cristal de l’eau. Puis il ordonne de placer son trône au-dessus du cristal, de façon que, si quelqu’un y regardait, il pensât que ce fût de l’eau. Salomon s’y plaça, et Balqîs, pour arriver à lui, devait traverser cette place. A la manière des femmes quand elles vont dans l’eau, elle retroussa ses culottes et découvrit ses jambes. Salomon les vit et en fut surpris et satisfait. » Plus tard, il la prend pour épouse et les démons inventent pour elle un onguent dépilatoire : « Alors les Dîvs firent une composition de chaux et d’arsenic pour enlever les poils. »

Pourquoi ce récit nous surprend-il et qu’a-t-il à nous apporter aujourd’hui ?

Il est surprenant d’abord parce qu’il traite d’un sujet trivial, d’un tabou, et qu’il n’hésite pas à l’associer pourtant à une reine mythique qui a néanmoins certainement existé. Les textes anciens ont leurs racines dans des croyances et références que nous n’avons plus, mais il continue d’ériger des modèles et de nous délivrer un message. En ce sens, la reine de Saba est un modèle, une grande figure aussi féminine que mythique, ce qui est rare dans la tradition des grands monothéismes. Nécessairement, l’évocation du poil aux jambes de la reine ramène chacune des femmes à sa propre pilosité et l’importance qu’elle tient dans le rapport problématique qu’elle entretient avec l’image de la féminité.

Ces questions paraissent triviales et sans importance, et pourtant, dans notre monde contemporain, il n’est pas une femme qui ne ressente à la fois la nécessité de l’épilation et l’injustice d’une telle aliénation : selon la société, une femme ne devrait pas avoir de poils, sauf que naturellement, elle en a. On voit qu’à l’époque de la reine de Saba, c’était déjà le cas.

Mais écoutez ce que semble dire la tradition au travers de ces récits : le poil aux jambes de la reine de Saba ne l’a pas empêchée d’être une reine célèbre dont on parle encore aujourd’hui pour vanter son intelligence, et son poil aux jambes n’a pas non plus éclipsé sa beauté. Malgré ses poils, le roi Salomon s’est montré satisfait des jambes de la reine. Et non, les poils aux jambes ne nous identifient pas à des démones.

En revanche, la tradition paraît claire : si ce poil aux jambes n’est en réalité qu’un détail, il n’est quand même pas le bienvenu sur le corps de la femme, et ce depuis les temps les plus reculés. Et ça, ça n’est pas près de changer.

Pour faire le tour complet de la question de la reine de Saba dans toutes les traditions, sur son poil aux jambes ou non, cet excellent article : http://www.selefa.asso.fr/files_pdf/AcLettre_01_D2_SABA.pdf

Cet article et cette photo sont la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.