Comment se faire aimer ?

Non, lecteur, lectrice, ceci n’est pas une vaine promesse faite par l’article d’un obscur blog d’une obscure blogueuse destinée à s’attirer du monde.

Comment se faire aimer n’est pas un rêve inaccessible, un désir destiné à ne pas se réaliser, mais une question de méthode, de lieu et de moment, d’après ce que nous apprend l’ethnopsychiatre Tobie Nathan dans son ouvrage Philtre d’amour. Son sous-titre : « Comment le rendre amoureux ? Comment la rendre amoureuse ? » en dit assez long sur son contenu qui prend appui aussi bien sur les mythes que les témoignages contemporains ou les analyses de rituels traditionnels de magie amoureuse de toutes cultures. C’est de cette diversité que l’auteur, ethnopsychiatre, spécialiste de la psychanalyse et enseignant en psychiatrie à l’université, va tirer une synthèse incroyablement pertinente de ce qui permet de fonder le sentiment amoureux.

Pour laisser le plaisir de la découverte de ce livre intact à qui serait intéressé, ne seront choisis, expliqués et précisés que certains éléments qui ne suffisent pas à créer la formule entière de l’amour mais vous dévoileront en tous cas certains de ses mécanismes. Les mots , la façon de s’exprimer, la façon d’ordonner, sauf mention contraire, ne viendront pas non plus tous de l’auteur, qui est avant tout notre guide et la caution intellectuelle de l’article.

– L’amour n’est pas une question de beauté

C’est peut-être la meilleure nouvelle pour ceux qui ne se sont jamais considérés comme beaux ou belles. L’amour vient de l’âme et c’est donc l’âme qu’il faut toucher. Certes, la beauté pourra être un élément de l’accroche de cette âme, mais en définitive, même si celle-ci n’est pas là, l’âme comble les vides et supplée à ce qu’elle croit lui manquer. La phrase de Proust : « Laissons les belles femmes aux hommes sans imagination. », illustre complètement cette vérité. Nous trouvons beau ce que nous acceptons comme tel, et n’importe quelle nouvelle ouverture au monde, n’importe quelle vision qui comble nos attentes peuvent être vues comme de la beauté. Ce qui compte, c’est de sembler apporter à celui ou celle qu’on aime et dont on veut se faire aimer, la chose que cette personne désire profondément ( plus de bonheur, de rêve, l’oubli des soucis, etc.).

– Choisir le moment

Tomber amoureux est aussi une question de moment. Comment un moment peut-il être favorable pour être aimé ?

Si la personne est déjà en couple et heureuse de l’être, il ne faut pas compter dessus et c’est normal. En revanche, c’est possible après une déception, dans une période de doute, de flottement, de tristesse ou de fatigue, aussi, mais également de grande joie nouvelle, inattendue et créatrice qui va permettre à la personne d’être plus ouverte, nous explique Tobie Nathan. L’idée de l’auteur, empruntée aux conceptions animistes, est celle d’une « âme qu’on doit saisir au moment où elle sort de son enveloppe ».

Cela rappelle certaines croyances anciennes, qui perdurent parfois, et qui exigent notamment qu’on ne réveille jamais brutalement quelqu’un qui dort car l’âme, sortie du corps, ne pourrait retrouver son chemin à temps. Qui a vu une personne se réveiller brutalement et ne plus savoir où elle est ni à quel moment elle se trouve, peut-être même qui elle est, comprendra de quoi il est question.

De la même manière, chaque moment particulier de vie nous met sur un chemin ( la grossesse vers la voie de la parentalité, par exemple ) ou à la croisée des chemins, où le moi doit se réinventer ( deuil, divorce, licenciement font basculer l’âme vers l’inconnu d’où émergeront de nouveaux choix ).

– Choisir le lieu

Tobie Nathan nous explique que les couples appellent les couples, et dans un monde où il n’y a plus de temples dédiés à l’amour, le bon lieu pourrait être un mariage. Dans le film 4 mariages et un enterrement, on nous répète justement que 50 % des gens ont rencontré leur conjoint à un mariage. Les lieux où on célèbre des mariages ( mairie, église, synagogue…) sont donc également propices.

Mais si nous n’avons plus de temples, nous avons encore d’autres lieux culturels associés à l’amour que nous pouvons ajouter à la liste : Paris ( pour ceux qui ne sont pas parisiens, surtout ), Venise ( à réserver à ceux qui ne connaissent pas son histoire ), le Taj Mahal, tombeau représentant un des plus puissants symboles d’amour ayant jamais existé. Plus curieusement mais aussi plus simplement, nous trouvons les ponts, qui ont la capacité d’embellir une personne sans qu’on sache trop pourquoi, et les cimetières où on peut rencontrer, en France, par exemple, la tombe d’Héloïse et d’Abélard et dont on doit trouver des équivalents dans d’autres pays, des pierres tombales exaltant l’amour d’une vie et la tristesse de l’avoir perdu, ou bien encore, comme vu chez les incinérés du Père Lachaise, cette simple plaque mentionnant « toi et moi », rappelant que des gens peuvent vouloir s’unir pour l’éternité dans une confusion de cendres et d’identités d’où ne reste que l’idée de deux personnes qui se sont aimées.

Voilà, cher lecteur, chère lectrice, la suite t’appartient. Tobie Nathan ajoute comme mise en garde qu’il est difficile de se débarrasser ensuite d’une âme qu’on a captivée. On pourrait se demander aussi si une relation basée sur une telle construction ne risque pas de manquer d’équilibre, car manifester son pouvoir pour rendre amoureux rend l’amour bien mécanique et peut-être aussi un peu triste.

A toi de voir.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités