Quelle couleur de cheveux pour séduire ?

Votre couleur de cheveux, sachez-le, est celle la mieux adaptée à votre teint. Et en changer, la refuser, vous projeter dans le désir de ce que vous n’êtes pas a plus de chances de vous plonger dans le mal-être que dans une pleine réalisation d’une image de femme que vous porteriez et qui serait destinée à vous faire devenir vous en mieux, plus belle, éclatante et fascinante.

Pour commencer, il n’y a pas de plus ou moins belles couleurs de cheveux. Il y a juste celles que vous aimez, que vous acceptez chez vous ou ne tolérez pas. Et cela encore ne concerne que ce qu’il y a sous votre crâne et non ce qui se passe dessus. Ceci étant posé, il faut malgré tout reconnaître la coexistence de perceptions différentes de couleurs de cheveux des femmes selon qu’on est une femme ou un homme qui aime les femmes et qui n’a pas une grande connaissance des couleurs de cheveux et leurs nuances.

Nous connaissons souvent mal l’autre sexe si nous n’avons pas grandi avec ou si nous avons grandi avec sans y prêter attention. La connaissance qu’on peut en avoir peut alors se limiter à l’image désirable, consommable et erronée que la société nous en a montrée et à laquelle nous avons crue. Ainsi, si en tant que femme ou homme qui s’y connaît, votre nuancier des couleurs de cheveux va du blond très clair au noir bleuté des cheveux asiatiques en passant par le blond cendré, le blond vénitien, les châtain clair et foncé, le roux brun, etc., celui de l’homme initié uniquement par le nuancier libidinal peut comprendre ces trois couleurs, celle de la « blonde sexy », »la rousse incendiaire », et la  » brune piquante ».

Dans l’Hollywood de son Age d’Or, quand on créait des sex symbol, on ne le faisait pas qu’avec un corps, on le faisait aussi avec une identité capillaire qui faisait de la rousse Norman Jean Baker la blonde Marylin et de la très brune Margarita Carmen Cansino la rousse Rita Hayworth, toutes deux immortelles. Mais brisées à la base. On ne peut construire que sur ce qui est très solide ou bien ce qui est déjà brisé. C’est pourquoi envisager de changer d’identité capillaire nécessite qu’on se pose toujours cette question :  » Pour assumer le physique de la femme qui va émerger de cette nouvelle apparence, suis-je assez solide ? » ou  » Suis-je assez brisée pour avoir besoin, envie de ressembler à n’importe qui d’autre qu’à moi-même ? » . Ce que Marylin et Rita Hayworth avaient à y gagner était une vie meilleure, la célébrité, la gloire, etc. Mais vous, qu’y gagneriez-vous ?

Car si on veut changer de couleur de cheveux pour séduire les hommes, avant tout, pas de nuances compliquées ! Vous devez pouvoir être catégorisée parmi les trois couleurs sexuelles autorisées :

– Le blond. Uniquement platine ou clair. Il est associé à une image féminine parfaite et ce depuis les Gaulois. Couleur fascinante de l’or, du pouvoir, de l’art religieux, Aphrodite elle-même est qualifiée de blonde par les auteurs anciens. Mais attention, elle est également associée à l’absence d’intelligence d’une femme, peut-être parce que la couleur blond très clair est associée à l’enfance et à la naïveté. En effet, beaucoup de personnes dont les cheveux à l’âge adulte deviennent plus foncés sont passés par un stade où ils étaient d’un blond très clair.

– Le roux. Dans l’imaginaire, il est associé à ce qui est sanguin, puissant, mais surtout sexuel. Roux et rousses ont souvent été persécutés dans toutes les civilisations. La proximité avec la couleur rouge évoque les flammes de l’Enfer. Au Moyen-Age, on croyait que les roux étaient des sorciers et dans le monde chrétien, on a pu avancer que Judas, qui a trahi Jésus était roux. Porter du roux, on va dire que pour certains, c’est annoncer la couleur : ça va chauffer ! Un peu trop même !

– Le brun. La couleur doit vraiment tirer sur le noir, comme c’est le cas chez les grands sex symbol du cinéma hollywoodien de l’Age d’Or: Gina Lolobridgida, Elisabeth Taylor, et encadrer un visage aux yeux sombres et intenses. C’est la couleur de cheveux  sexuellement la moins remarquable, peut-être mais aussi la mieux connotée dans l’imaginaire collectif. Dans les péplums de cette époque-là, les rôles des reines mythiques du monde méditerranéen de l’Antiquité, Cléopâtre, la reine de Saba, et autres femmes de pharaon étaient, bien entendu, donnés à des actrices brunes qui ont marqué les consciences dans des rôles de femmes aussi intelligentes, majestueuses que sexy.

Bien qu’anciennes, ces valeurs associées aux couleurs de cheveux des femmes perdurent et continuent de sous-tendre l’imaginaire collectif. Mais ces réalités ne doivent pas faire oublier que la vraie séductrice c’est celle qui parvient à faire admettre que sa couleur de cheveux est la plus belle, que celle-ci fasse partie des trois reconnues ou non, qu’elle ait été choisie ou non.

Car la séduction, si elle peut commencer par une attraction physique, n’a de valeur qu’au-delà de celle-ci au risque de vous faire devenir quelqu’un dont on dit :  » Mais si, tu sais, la blonde, là ! »; Et parodiant un sex symbol blond masculin d’Hollywood, double d’un autre sex symbol moins médiatique mais plus subtil : vous n’êtes pas votre couleur de cheveux, vous n’êtes pas votre taille de vêtement, vous n’êtes pas votre taille de bonnet, vous n’êtes aucune de ces choses à laquelle on veut vous réduire pour vous consommer plus facilement.

Avant de toucher à vos cheveux, songez d’abord à être libre.

Cet article est la propriété du site Echodecythere. Il est interdit par le code de la propriété intellectuelle de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.